Désolé, JavaScript n'est pas activé sur votre ordinateur.
Ce système utilise JavaScript et Ajax. Ce message disparaitra lorsque vous aurez activé Javascript

Imagination is your power

Blogue

 

 

Avec la mise à jour de mon site web, j'en profite pour revisiter mes anciens articles pour les actualisés. 

 

 

 

Il serait impensable de commencer un blogue sur Solid Edge sans parler de la Synchronous Technologie (ST).

 

L’introduction de Solid Edge avec la Synchronous Technologie (SEwST) à chatouillé ma corde sensible de formateur.

 

Je serai directement touché, car je devrais éduquer les clients actuels (ils seront les premiers à bénéficier de SEwST). Ensuite, cela sera le

tour des prospects, du marché en générale et de ceux qui lisent les blogues smiley et finalement les nouveaux clients qui verront le bénéfice d’en faire l’acquisition.

 

 

 

Il y a aussi toutes les questions / interrogations soulevées par cette nouvelle approche de conception. Pour toutes ces raisons, j’ai décidé de donner mon point de vue de formateur.

 

Allons-y pour le grand saut…

 

Premièrement :

Il me sera impossible de répondre à toutes les interrogations avec cet article. Dans ce premier article je veux m’assure de couvrir certaines bases.

 

Deuxièmement :

Pour ceux qui fonctionnent avec la version actuelle, je suis convaincu que Solid Edge (SE) ne laissera pas tomber l’approche paramétrique parce qu’elle a encore sa place.

Il faut se rappeler que: depuis l’introduction de PRO-E (qui se réclame le fondateur de la modélisation paramétrique tel que nous la connaissont), de l’introduction de modeleurs solide tels que Solid Edge (SE) et Solidwokrs (SW) au milieu des années 90 et de Autodesk Inventor (IV) plus tardivement, la modélisation paramétrique est le moteur qui caractérise le marché.

 

SE dans sa forme traditionnelle va exister encore pour plusieurs années et continuera à évoluer.

Par contre, il ne fait aucun doute que son développement sera influencé par la Synchronus Technologies.

 

Troisièmement :

J’ai l’intime conviction que le marché est prêt pour de nouveaux outils. L’évolution que nous avons connue depuis le dessin 2D sur papier vers le 3D filaire (Autocad) puis vers des modeleurs solide tel que SE, cette évolution nous pousse maintenant vers une nouvelle étape ou autrement dit une nouvelle branche (approche) dans la modélisation solide.

 

La gestion des changements est ce qui a motivé cette évolution. Du simple point de vue de la création, bâtir un rectangle sera toujours plus rapide en 2D. Mais si on fait la somme de tous les rectangles et des formes complexes, la modélisation 3D a un sérieux avantage de 90 % (ici je me laisse une marge de manœuvre de 10 %, car certaines tâches seront toujours mieux faites en 2D).

 

Si nous pouvions modéliser en 3D sans faire de changements la vie serait extraordinaire.

 

Quand vient le temps d’appliquer une modification que recherche le concepteur :

  • De la flexibilité pour s’assurer de pouvoir appliquer la modification
  • Du contrôle (paramètres) pour conservé l’intégrité de la fonctionnalité de la pièce (du projet)

 

Nous nous retrouvons devant le dilemme du rectangle, si la base augmente la hauteur doit diminuer. Plus de flexibilité moins de contrôle

C’est ici qu’entre enjeux la Synchronous Technology, la phrase clé à retenir :

 

« Laisser plus de liberté pour appliquer des changements imprévisibles »

 

Suivant le dilemme du rectangle, la base et la hauteur sont reliées, comment faire pour augmenter la taille du rectangle pour faciliter les changements imprévisibles?

La réponse facile sera d’augmenter sa surface.

 

Ce qui donnera plus de contrôle et plus de flexibilité, ce qui se traduit aussi par de nouvelles fonctionnalités en plus de ceux existantes. Ceci est le piège dans lequel tombe la majorité des développeurs CAO. Plus on en as mieux c’est. Je ne tiens pas à débattre de la solution facile. Car ceci touche indirectement le sujet principal.

 

Un nouveau paradigme de conception

 

La Synchronous Technologie regarde la problématique du rectangle avec un autre point de vue, celle de voir un cube.

C’est ici que le nouveau paradigme de la Synchronous Technologie prend forme.

 

SEwST donne à l’utilisateur la possibilité de gérer une troisième dimension nommée « Tolérance géométrique ». Ici, je ne parle pas de la valeur mathématique de la tolérance, mais bien de la forme.

 

 

Dans les dessins de détails, la tolérance géométrique assure la fabrication d’une pièce fonctionnelle. Cependant dans le modèle 3D aucune mention de tolérance géométrique n’est faite.

 

Je compare cela, jusqu’à un certain point, aux annotations de soudure. Pendant des années nous annotions simplement les dessins de détails. Maintenant l’information est directement sur le modèle 3D.

 

         

 

Un autre terme utilisé avec la SEwST  « Relation spatiale » ou « Relation ».

 

Pourquoi mentionner une troisième dimension alors que nous concevons en 3D depuis quelques années maintenant? Pour la simple raison que les modeleurs solide actuels se basent sur le 2D filaire (esquisse) ou le filaire 3D dans le cas des surfaces. Pour appliquer un changement, il faut revenir à l’esquisse filaire.

 

Ce type de modélisation se divise en deux branches une appelée « Modélisation squelettique » et l’autre « modélisation basée fonction technologique »

 

En regard des sessions de formation et de mon expérience de dessin au cours de ma carrière, j’ai pu constater que les utilisateurs de SW et IV sont orienté vers une modélisation squelettique.

 

Ceci implique qu’une esquisse doit être présente pour appliquer un ajout de matière.

 

                   

 

SE nous permet de début le processus d’ajout de matière même si aucune esquisse n’est présente.

 

En effet lors de l’ajout/enlèvement de matière deux options s’offre à l’utilisateur « Depuis une esquisse existante » ou « créer une nouvelle esquisse »

 

                       

 

La différence est très subtile, mais a un impact important dans une modélisation paramétrique quand vient le temps de faire la gestion des opérations futures (modifications/changements).

 

Revenons au sujet principal, SEwST fourni à l’utilisateur une nouvelle approche/un angle différent pour aborder une nouvelle conception et procure aussi de nouveaux outils de travail pour l’application des changements.

 

C’est aussi à ce moment que SEwST devient intéressant pour moi en tant que formateur qui privilégié les processus, nous avons maintenant la possibilité de définir des relations entre les surfaces d’un modèle pour induire un comportement. Meilleur sont nos outils de gestion, meilleur sera le contrôle.

 

Quel contrôle avons-nous sur la pièce?

 

L’utilisateur contrôle les six degrés de liberté attribués à une surface à l’aide d’un volant.

 

Ceci sera le sujet de mon prochain article, mais pour vous mettre en appétit……….

 

« ….. En simultanée le « Solveur Synchronous », applique les tolérances géométriques définies par l’utilisateur aux surfaces environnantes pour établir leur comportement.

Cette étape est effectuée par les « Régles Dynamiques » 

 

 

L’option avancée des « Régles Dynamique » permet à l’utilisateur de personnaliser la sélection faite par le soldeur…. »

 

En espérant que cette brève introduction à la Synchronous Technologies vous a aidé à vous donner une image de ce que cette technologie va nous apporter.

 

Au prochain article

 

Solide ADN